Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Charanta Lemosina

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 27 septembre 2013

L'occitan lemosin sus 'na carta

Clicatz sus l'imatge per lo grossesir e/o lo telecharjar (format .jpg ou .pdf).

Un clic sur l'image vous permettra de grossir et/ou télécharger la carte (format .jpg ou .pdf).

En occitan :

L'occitan lemosin : Qu'es 'quò ?

L'occitan lemosin : Qu'es 'quò ? (color)

Charanta occitana

En français :

L'occitan limousin : Qu'es 'quò ?

L'occitan limousin : Qu'es 'quò ? (couleur)

mardi 20 juillet 2010

Sent-German-sus-Vinhana

La pausa de paneus en occitan se perseg en Charanta lemosina. Queu còp, qu'es Sent-German-sus-Vinhana (Saint-Germain-de-Confolens en frances) que tornet trobar son nom vertadier. Saludem la volontat de la municipalitat de quela tota pita mas talament brava comuna, en esperar que la metròpòla a "raionament regionau" iò fara prupchanament, coma nòstra municipalitat ne'n faguet promessa...

La pose de panneaux en oc se poursuit en Charente limousine. Cette fois, c'est Saint-Germain-de-Confolens qui retrouve son véritable nom : Sent-German-sus-Vinhana (Saint-Germain-sur-Vienne). Saluons la volonté de la municipalité de cette toute petite mais tellement jolie commune, en espérant que la métropole à "rayonnement régional" fera de même prochainement, comme cela nous fut promis par notre municipalité...

Sent German sus Vinhana

Plus de détails dans cet article de la Charente Libre.

lundi 15 février 2010

La Charente limousine s'écrit en occitan...

Après une cinquantaine de communes limousines et les nombreuses communes périgourdines, c'est maintenant la Charente limousine, et plus spécifiquement le Confolentais, qui affiche son identité occitane en mettant en place une signalisation routière bilingue français/occitan...

charente_limousine_en_oc.jpg

La commune de Charras a joué les précurseurs: elle a des panneaux bilingues depuis 2005. Certaines communes du Confolentais lui emboîtent le pas...

Lire à ce sujet l'article paru dans la Charente Libre le 13/02/10

(photo Patrick Servant)